Make your own free website on Tripod.com

En Montérégie


ON RECONNAÎT
L'IMPORTANCE
DU RÉSEAUTAGE

par

Annie Morin

Conseil régional de développement de la Montérégie

et

Lise Doyle

Conseil du statut de la femme, Montérégie


Le Conseil régional de développement de la Montérégie (CRDM), en collaboration avec le ministère des Affaires municipales et de la Métropole, organisait le premier colloque Femmes et Politique municipale qui se tenait le 18 mars dernier en présence des ministres Pauline Marois et Louise Harel. Sous le thème Le réseau des Montérégiennes, une question d'adresses, quelque 110 élues municipales provenant des quinze MRC de la région, soit 40% des 275 conseillères et mairesses, se réunissaient pour entendre parler de réseautage. Madame Lise Cardinal, conférencière colorée, auteure du livre Comment se bâtir un réseau de contacts solide et ambassadrice du Réseau des femmes d'affaires du Québec, a su convaincre les participantes de l'importance du réseautage en leur donnant des trucs concrets qu'elles pouvaient mettre en pratique tout au long de la journée. Le thème de cette conférence était d'ailleurs soutenu par quatre témoignages de mairesses et conseillères provenant de différents types de réseaux formels ou informels qui apportaient des exemples palpables des bienfaits de l'appartenance à de tels regroupements. Madame Pauline Marois, ministre responsable de la région de la Montérégie, qui procédait à l'ouverture du colloque, a encouragé les élues municipales de la région a développer et à nourrir un tel lieu d'échanges et de ressourcement si indispensable dans tous les postes de commande, plus particulièrement en politique. Pour sa part, la ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole, madame Louise Harel, clôturait cette rencontre avec beaucoup d'enthousiasme et a même offert d'apporter du soutien au comité organisateur pour mettre sur pied un réseau de femmes au niveau municipal. À l'exemple des deux ministres, le président du Conseil régional de développement de la Montérégie (CRDM), monsieur Claude Bernier, a appuyé avec enthousiasme cette initiative du comité condition féminine en développement régional de la Montérégie (CCFDRM) qui contribuera, selon lui, à améliorer les conditions de vie des femmes de la région. Il nous est apparu évident que toutes ces femmes présentes au colloque avaient du faire preuve de force, de patience, de ténacité... et souvent d'humour pour prendre leur place au sein des conseils municipaux. Si l'on se fie aux commen- taires apportés lors de la période d'échanges portant sur les hauts et les bas de la politique municipale, on se rend compte que l'accès au pouvoir municipal n'est pas toujours de tout repos. En effet, plusieurs participantes ont insisté sur le fait qu'il fallait démontrer de la patience pour convaincre le conjoint et la famille de la pertinence d'un tel engagement. De plus, la majorité des participantes au colloque ont affirmé, et ce, à plusieurs reprises, que l'élue municipale se devait de connaître ses dossiers, en profondeur pour le bénéfice des citoyennes et des citoyens, ce qui, selon elles, constitue une façon de prendre et d'exercer le pouvoir de manière respectueuse. Une participante a d'ailleurs souligné que les femmes ne veulent pas le pouvoir au détriment des hommes, elles veulent plutôt travailler a leur côté et bâtir ensemble une équipe. Quelques solutions relatives à la place des femmes an sein des conseils municipaux sont ressorties, à savoir: utiliser l'humour pour démystifier le pouvoir et détendre l'atmosphère, se faire confiance, prendre sa place, rester soi-même, ne pas hésiter à remettre à sa place un collègue agressif pour ramener un niveau civilisé de discussion, bref, refuser un comportement inacceptable. Les organisatrices ont profité de l'occasion pour honorer madame Marcelle B. Trépanier qui a été la première préfète élue au sein d'une MRC an Québec, soit celle de Beauharnois-Salaberry. Les nombreux formulaires d'évaluation recueillis démontrent que 98% des paricipantes ont apprécié cette initiative régionale. La majorité d'entre elles ont manifesté de l'intérêt pour une continuité à ce premier colloque qualifié d'extraordaire et d'extrêmement intéressant et souhaitent que cet événement se renouvelle une fois l'an. À titre d'exemple, quelques témoignages concluants: - Une belle occasion d'échanges pour les femmes impliquées dans notre région; - Très intéressant et indispensable. surtout la continuité; - Je suis intéressée à la tenue d'un deuxième colloque afin qu'on puisse approfondir et faire le suivi de cette première rencontre; - J'ai beaucoup apprécié et j'aimerais être à la prochaine rencontre; - Oui, il est très important de se rencontrer, le plus souvent serait le mieux; - Il m'apparait essentiel de s'articuler au plan de notre MRC, ce qui n'empêche pas de développer le réseau an niveau montérégien; - Nous avons réussi à créer des contacts et, suite à ce colloque, nous avons décidé de créer un réseau en MRC. Félicitations aux organisatrices! Déjà, les retombés de ce colloque n'ont pas tardé à se manifester, puisqu'on a pu observer quelques initiatives de réseautage au sein de MRC de la région, entre autres:
  • dans une MRC, l'ensemble des mairesses et conseillères participent aux assembles mensuelles de la MRC;
  • dans une autre MRC, des élues municipales se sont jumelées à un organismes de femmes existant et trois autres élues s'y joindront aux prochaines rencontres. L'importance accordée au réseautage se traduira donc inévitablement par la mise sur pied ou la consolidation d'un réseau par MRC. Quant au comité Femmes et politique municipale de la Montérégie, il a été convenu d'élargir sa composition aux représentantes des quinze MRC afin d'apporter du soutien au réseautage à l'échelle locale et de faciliter les liens intra-MRC. L'engouement suscité par la tenue de cet événement nous fait entrevoir la possibilité d'un second colloque l'an prochain. Quant au CRDM, il entend également poursuivre sa participation à ce comité afin d'assurer le suivi des engagements, dans le cadre de ce colloque sur le réseautage des élues municipales. Rappelons qu'il s'agit d'une première nationale dont le financement a été entièrement assumé par le ministère des Affaires municipales et de la Métropole, dans le cadre d'une entente spécifique portant sur la condition féminine que le Conseil régional de développement de la Montérégie a signée en partenariat avec plusieurs ministères et organismes du milieu. Un questionnaire sera d'ailleurs envoyé l'ensemble des participantes pour connaître les attentes et les besoins relativement à une démarche de création et de consolidation d'un réseau afin de mieux déterminer le soutien qu'il pourra apporter.

    MUNICIPALITÉ, juin-juillet 2000

  • Table de matière.