Make your own free website on Tripod.com
            LES FEMMES ET LA POLITIQUE MUNICIPAL

Chaque fois qu'une ou des femmes se levent pour dénoncer la discrimination et 
réclamer justice et équité, on lui ou leur demande de fournir des preuves.

Mais qu'en est-il finalement de la situation des femmes engagées en politique 
municipale? 

La discrimination exercée envers les élues municipales est un problèmes qui 
depasse une situation locale ou régionale.

Une enquête publiée dans la Revue canadienne de science politique, auquelle a 
participé 1357 conseillères du Québec, fait le constat de la discrimination qui 
s'exerce envers les femmes engagées en politique municipale.

Les analyses demontrent que cette discrimination s'exerce le plus fortement 
la ou il a le moins de femmes a la table du conseil municipal. Donc la faible 
présence des femmes en politique municipale semble un facteur qui prête le plus
a la discrimination.

La taille des municipalités de la compétition pour l' obtention des postes sont
aussi des elements qui sont une cause de discrimination envers les femmes.

Les femmes qui arrivent en politique municipale sont plus scolarisées, elles sont 
plus sensibles a reconnaître et a dénoncer la discrimination.

Ces conseillères ont une méthode de travail, une connaissance des procédures, une 
capacité personnelle dans la préparation des dossiers. Elles savent établir des 
priorités. Elles ont vécu des expériences d'engagements, elles savent assumer 
des responsabilisés et mener des actions. Elles sont perçues par les conseillers 
comme différentes et elles sont associées au changement.

Or le changement est rarement apprécié dans le milieux conservateurs, il est plutôt 
perçu comme une menace.

Notons cependant, qu'il y a une différence de perception entre une présence 
symbolique de la femme a la ta table du conseil qui a une idée du rôle qu'elle
a  à jouer en tant que conseillère municipale.

Donc, les femmes engagées en politique municipale sont généralement perçues comme 
des empêcheuses de tourner en rond. Elles questionnent des décisions, elles ont 
une vision des priorités, elles ont des compétences, du courage politique. De
plus, elles refusent de se soumettre au chantage et a la manipulation. La 
discrimination a leur endroit se manifeste de façon formelle et informelle par 
le harcèlement, les mesquineries, les jalouseries, le manque de respect, etc.

L'arrivée de la femme en politique fédérale, provinciale et municipale a mis en 
lumière l'exercice d'un pouvoir qui se conjugait essentiellement au masculin, 
un certain "sexiste institutionnel".

Les choses ont évolué, mais la situation des femmes engagées en politique municipale 
est si peu enviable que c'est le palier politique ou elles sont le moins représentées, 
bien loin derrière le provincial et le fédéral.

Oser parler de la situation des élues municipales, permettra, peut-être un jour, 
d'être vraiment "a égalité pour décider" pour le meilleur intérêt de notre communauté.

Arinane Olivier Ouellet, Saint Gabriel.

(Revue canadienne de science politique, XXXIII:1 2000, "La perception du rôle 
des femmes en politique au Canada: le cas des conseillères municipales au Québec 
en 1997", par Guy Bédard de l'université du Québec à Montréal et Manon Tremblay 
de l'Université d'Ottawa.)